Une culture du narcissisme – Vaknin

Un article de Newsintervention traduit par Traduit par Reverso
Sam VAKNIN

Sam VAKNIN

Le narcissisme pathologique se développe comme un ensemble de défenses psychologiques complexes contre la violence et les traumatismes infantiles sous toutes leurs formes, y compris non seulement les mauvais traitements « classiques« , mais aussi l’idolâtrie de l’enfant, son étouffement, son rôle parental ou son instrumentalisation.

Chaque fois que l’enfant n’est pas autorisé à se séparer des figures parentales, former des frontières, et individualiser (devenir un individu), un trouble d’une certaine sorte s’ensuit, secondaire (pathologique) narcissisme étant parmi les plus répandus.

Dans la pathologie narcissique, l’enfant forme un paracosme dominé par un ami imaginaire qui est tout ce que l’enfant n’est pas : omniscient, omnipotent, parfait, brillant et omniprésent. En bref : une divinité. L’enfant adore le nouvel allié et fait un sacrifice humain à ce Moloch : il lui offre son vrai moi.

L’enfant conclut un accord faustien : il est doté d’une grandiose mais fragile image de soi et une perception fantastique de soi, mais, en retour, il cesse d’exister.

Le narcissique externalise ses fonctions de frontière d’ego au Faux Soi et régule son environnement interne (par exemple : son sens de l’estime de soi) via un retour constant d’une multitude de sources interchangeables d’approvisionnement narcissique. C’est un véritable esprit de ruche.

Le narcissisme est la célébration, l’élévation et la glorification d’une absence supérieure, un vide hurlant, le vide dévorant d’un trou noir avec une galaxie d’objets internes (introjects) tourbillonnant autour d’elle.

Le narcissisme est donc une religion privée qui ressemble beaucoup aux croyances et aux rites primitifs. C’est une défense de fantaisie écrit grand et allé de travers, ayant métamorphosé dans une illusion. Le test de réalité est sévèrement altéré et les erreurs narcissiques des représentations intérieures des personnes avec les objets extérieurs qui les ont engendrés.

Alors qu’un nombre croissant de personnes deviennent de plus en plus narcissiques et que notre civilisation récompense le narcissisme et se tourne vers lui, l’attrait de la religion narcissique augmente de façon exponentielle.

Elle commence à être largement et contre-factuellement glorifiée – même dans le milieu universitaire – comme une adaptation positive. Contre-factuellement parce que le narcissisme, inéluctablement et invariablement, se transforme en acte d’auto-destruction.

Le narcissisme est la première foi distribuée ou en réseau : chaque croyant et praticien (c’est-à-dire, chaque narcissique) est un adorateur mais aussi le dieu qu’il adore (a un faux Soi divin). Chaque nœud est équiotent (pas la traduction) et autonome car il cherche à consommer l’approvisionnement narcissique (attention, bon ou mauvais).

Comme toute religion avant elle, le narcissisme devient rapidement un principe organisateur et herméneutique (explicatif). Il imprègne l’existence de sens et de direction. C’est à la fois prescriptif et proscriptif . Alimenté par des technologies comme les médias sociaux, il se répand avec plus d’empressement que toute autre foi historique.

Le narcissisme pathologique est aussi missionnaire : les tentatives narcissiques de convertir des sources potentielles d’approvisionnement narcissique et des partenaires intimes pour participer à son fantasme partagé et adorer sa divinité grandiose, le Faux Soi.

Tout ce qui précède s’applique avec la même rigueur aux collectifs narcissiques. C’est là que se cache le danger : le narcissisme est agressif et intolérant, dysempathique et exploiteur. C’est une secte de la mort. Il élève les objets au-dessus des gens.

Dans une société du spectacle, chacun est rendu marchandise. Le matérialisme et le consumérisme sont des manifestations de narcissisme comme l’individualisme malin et ostentatoire.

Le narcissisme dans les collectifs est indiscernable de la sorte individuelle : il est toujours antagoniste et se traduit par l’autodestruction et l’autodestruction. Laissé débridé et sans contrainte et élevé idéologiquement, il peut provoquer l’Armageddon de plus d’une façon.

La montée du narcissisme est inexorable. C’est comparable au changement climatique et au changement des rôles entre les sexes : il n’y a pas de retour en arrière maintenant. Si je ne m’abuse, il exige des adaptations majeures à plusieurs niveaux, individuel, institutionnel et collectif :

(1) Exploiter l’énergie considérable du narcissisme et le canaliser de manière socialement acceptable (le sublimer). Le narcissisme prosocial et communautaire pourrait être un compromis réalisable, par exemple;

2) Mettre en place des mécanismes de contrôle et des institutions pour prévenir les effets et les aspects plus destructeurs, insidieux et pernicieux du narcissisme; et

(3) Préparer la population générale à accepter le narcissisme comme faisant partie du paysage et de l’Zeitgeist. Ce dernier objectif est mieux réalisé grâce à des technologies qui offriraient des débouchés au narcissisme conforme, positif et sain et en même temps isoler les utilisateurs d’une réalité de plus en plus narcissique autant que possible. Les médias sociaux et les métavers sont les précurseurs de ces tâches jumelles. L’atomisation et l’autosuffisance ainsi que la désintégration des institutions sociales ne sont que les symptômes de ce changement tectonique dans ce qu’est être humain.

 


Prof. Shmuel « Sam » Vaknin (YouTube, Twitter, Instagram, Facebook, Amazon, LinkedIn, Google Scholar) est l’auteur de Malignant Self-love : Narcissism Revisited (Amazon) et After the Rain : How the West Lost the East (Amazon) ainsi que de nombreux autres livres et livres électroniques sur des sujets en psychologie, les relations, la philosophie, l’économie, les affaires internationales et la fiction primée. Il a été correspondant commercial principal pour United Press International (février 2001 – avril 2003), PDG de Narcissus Publications (avril 1997 – avril 2013), rédacteur en chef de Global Politician (janvier 2011 -), chroniqueur pour PopMatters, eBookWeb, Bellaonline, et Central Europe Review, un rédacteur pour The Open Directory et Suite101 (Catégories : Mental Health and Central East Europe), et un contributeur au Middle East Times, un rédacteur pour The American Chronicle Media Group, un chroniqueur et analyste pour Nova Makedonija, Fokus, et Kapital, analyste fondateur du réseau d’analystes, ancien président de la section israélienne des professeurs de l’Église de l’unification pour l’Académie mondiale de la paix, et a servi dans les forces de défense israéliennes (1979-1982). Il a reçu le prix du Conseil israélien de la culture et de l’art pour Maiden Prose (1997), le prix du Rotary Club pour les études sociales (1976) et le prix des études sur les relations bilatérales de l’ambassade américaine en Israël (1978), entre autres prix. Il est professeur invité de psychologie, Southern Federal University, Rostov-on-Don, Russie (septembre 2017 à aujourd’hui), professeur de finance et de psychologie au SIAS-CIAPS (Centre for International Advanced and Professional Studies) (avril 2012 à aujourd’hui), correspondant principal du New York Daily Sun (janvier 2015 – aujourd’hui) et chroniqueur pour Allied Newspapers Group (janvier 2015 – aujourd’hui). Il vit à Skopje, en Macédoine du Nord, avec sa femme, Lidija Rangelovska. Ici, il écrit sur l’avenir de la religion comme narcissisme.

 


Août 2022

Geneviève Schmit, experte dans l’accompagnement des victimes de manipulateurs pervers narcissiques.

Site professionnel:  https://soutien-psy-en-lligne.fr

 


 

A propos Genevieve Schmit

Thérapeute - Experte dans l'aide aux victimes de manipulateurs pervers narcissiques - Thérapie brèves - Psychologie positive

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.